20/10/2012

REPENTANCE ET IMPUISSANCE

En reconnaissant une « sanglante répression » de la manifestation hostile à la présence de la France en Algérie qui s’était tenue à Paris le 17 octobre 1961, François Hollande s’aventure sur le terrain préféré de nos dirigeants : la repentance (à bon compte et sur le dos d’autrui). Il avait déjà cédé à cette tentation à l’occasion d’une conférence de presse donnée à Dakar le 12 octobre, quand il se prononçait pour « réparation de l’esclavage », qui ne serait « pas que morale ». Et le tout, évidemment, au nom de la France, sans en avoir reçu mandat des Français et sans qu’aucune actualité particulière ne justifie de telles déclarations d’une exceptionnelle gravité.

Quel contraste entre l’activisme mémoriel du président de la République et son impuissance politique !

A l’instar de l’annonce de lois « sociétales » (mariage et adoption homosexuelles), les déclarations mémorielles sont une dérisoire tentative pour amener le débat public sur des sujets périphériques, donc les Français se moquent éperdument. La méthode est connue : quand on n’a rien à dire, rien à proposer et qu’on ne peut rien faire, les mœurs et l’Histoire offre de multiples prétextes pour créer des clivages faciles et artificiels !

Tout ceci n’est ni sérieux ni en adéquation avec les attentes des Français, qui n’ont pas élu un professeur d’histoire ou de morale, mais un chef d’Etat. Ils voulaient un président qui rassemble dans l’action ; ils n’ont qu’un diviseur qui attend passivement d’assister à la suite des événements.

Mais aucune contorsion historique ne viendra faire oublier la triste réalité : la France est un pays qui s’enfonce du fait d’un personnel politique qui n’est pas à la hauteur de la crise profonde. Il est temps de mettre au rebut les produits marketing qui nous gouvernent, adeptes des artifices et des grosses ficelles de communication. De redonner leur place aux politiques, à ceux qui parlent clair et qui voient loin. C’est notre mission !

Steeve Briois, Secrétaire Général du Front National

 

Lu sur : http://www.frontnational.com/2012/10/edito-de-steeve-brio...

16:33 Publié dans Histoire, Identité nationale, Nationalisme, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.