06/03/2013

7 AVRIL 2013 : ILS VEULENT DETRUIRE L'ALSACE, ILS VEULENT DETRUIRE LA FRANCE !

Le 7 avril 2013 aura lieu un référendum en Alsace, en application de l'article L 4124-1 du code général des collectivités territoriales. Les Alsaciens auront à répondre à la question suivante : "Approuvez-vous le projet de création en Alsace, d'une Collectivité Territoriale d'Alsace, par fusion du Conseil  régional d'Alsace, du Conseil Général du Bas-Rhin et du Conseil Général du Haut-Rhin répondant aux principes d'organisation énoncés ci-joint ?"

Rien d'extraordinaire a priori, si l'on s'en tient à un examen superficiel du projet. Notre courant de pensée a souvent été en faveur d'une authentique régionalisation. Mais dans le cadre national. Ce n'est pas ce que propose le projet soumis à référendum.

Il faut lire le "Rapport CONGRES D'ALSACE - Vers une nouvelle collectivité : la collectivité territoriale d'Alsace - unité, efficacité et proximité pour l'Alsace", du 26 novembre 2012, et édité par les deux assemblées départementales et le conseil régional d'Alsace. Il est édifiant !

Sous couvert de rechercher une meilleure "unité, efficacité et proximité pour l'Alsace", il s'agit en fait d'aller plus loin dans la destruction de l'Etat-nation FRANCE, en permettant à l'Alsace de s'ériger en Etat quasi-indépendant, qui obtiendrait "des délégations de pouvoir de l'Etat pour négocier et signer des accords internationaux dans des domaines qui sont actuellement de la compétence de l'Etat, particulièrement dans le cadre frontalier" (page 20).

Pour les auteurs du rapport, il est clair que l'Alsace n'est pas une région française :

Page 4 : "Ainsi, le projet de Collectivité Territoriale d'Alsace réunissant le Conseil régional d'Alsace et les deux conseils généraux, poursuit des objectifs (...) : mieux peser en France et en Europe, mieux travailler et construire avec les régions voisines de Suisse et d'Allemagne"

Page 11 : " Il s'agit (...) d'être plus visible face à l'Etat et à l'international"

Page 12 : "Les enjeux : (...) Offrir une vision de l'Alsace (...) C'est aussi le renforcement de la place de l'Alsace dans l'espace rhénan, le caractère tri-national et transfrontalier de notre région"

Page 15 : "Le rapport au Congrès du 1er décembre 2011 avait posé les principes fondateurs d'une action publique efficace au service d'une région rhénane..."

Page 16 : "Pour une région résolument rhénane" :

- améliorer la lisibilité et la présence de l'Alsace dans le Rhin Supérieur"

- "meilleur ancrage des deux agglomérations (Strasbourg et Mulhouse) dans le Rhin Supérieur"

- "favoriser l'émergence de la Métropole Trinationale Bâloise formée par le Haut-Rhin, le sud du Pays de Bâle, la Suisse du nord-ouest et le nord de la Franche-Comté"

- "développer des réseaux de coopération dans l'espace du Rhin Supérieur rendus plus dynamiques par des coopérations territoriales transfrontalières adaptées et, si besoin, expérimentales"

Déclarer que l'Alsace a un "caractère tri-national" revient à dire que l'Alsace n'est pas française.

"tri-national", donc trois nations : la nation française, la nation allemande et la nation suisse ? Mais l'Alsace n'est ni allemande ni suisse !

Des millions de Français sont morts pour que l'Alsace redevienne française et le reste. Et voilà que des politiciens "français", admirateurs fous des Länder allemands et des cantons suisses (page 10 : ils ont auditionné des experts allemands et suisses "pouvant apporter un éclairage distancié et des exemples" c'est dire...), veulent "aller jusqu'au bout de la logique décentralisatrice" (page 6) : ils veulent casser cet Etat qui a fait la France, et détruire le caractère français de l'Alsace.

Certes, l'Alsace est de culture germanique, mais son coeur est français, pas allemand ou suisse.

OUI, l'Alsace est française et bien française, n'en déplaise à ces nostalgiques d'une "constitution strasbourgeoise" qui était oligarchique, et aux ordres de l'Argent-Roi, tout comme l'"espace rhénan" ou "espace du Rhin Supérieur", auquel ils se réfèrent (d'autres parlent de "Lotharingie").

"Pour une région résolument rhénane" ? Mais c'est le rêve des européistes, qui veulent casser l'Etat-nation FRANCE. Et c'était aussi le rêve des nazis pendant la deuxième guerre mondiale (la fameuse "Lotharingie" d'Himmler), et ce fut également un projet de Roosevelt en 1944 (le général de Gaulle s'y opposa). A chaque fois, il s'agit de démembrer la FRANCE, de casser cet Etat-nation, cette "exception française".

Les partisans de "l'espace rhénan" ont oublié un principe politique essentiel : on ne fonde pas une communauté de destin (une nation) sur des intérêts purement économiques ou matériels (l'économie divise les hommes, elle ne les unit pas). La nation "rhénane" n'existe pas et n'a jamais existé.

Que l'Alsace ait des relations avec ses voisins allemands et suisses, est normal... mais dans un cadre national français.

Il est hors de question de la laisser se dissoudre dans un "espace rhénan" qui n'a jamais existé que dans l'imagination de quelques-uns, et qui n'est que le cache-sexe de la domination du Veau d'or.

Pour toutes ces raisons, pour la France, et pour l'Alsace, les Français d'Alsace ne peuvent que refuser le projet soumis à référendum. Ils doivent se mobiliser pour aller voter, et répondre NON à la question posée.


Pascal ERRE

conseiller régional

membre du bureau politique

secrétaire départemental du FN51

19:54 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.